Les trois grands à Potsdam

Et soudain, l’horreur 

10268609_1756532487913443_1247831521445338000_n
…!

J’avais prévu de vous parler du 14 juillet, de son Histoire, de son pourquoi, de son comment. Après un long moment absente du blog (vie étudiante oblige), j’avais envie d’être bavarde. Mais la tragédie qui a frappé la France et Nice m’a invitée au silence.

Nice, j’y suis née, c’est ma ville. Nice, c’est le marchand de glaces (au thym ou à la lavande), les pan bagnat sur la plage, les ruelles tortueuses et l’accent chantant des passants. Nice, c’est la socca et la pissaladière, le marché aux fleurs, les promenades au château, les longues heures à contempler l’immensité bleue à Rauba-Capeú. Nice, c’est la mer en hiver, toujours aussi belle, toujours aussi flamboyante, les voitures garées en triple-file et la queue devant la boulangerie sur le trottoir d’en face.

Qui n’a pas vu se dessiner sur la mer les lumières de la Baie des Anges la nuit, n’a rien vu.

13654143_1817440528489305_7262669106034877067_n

Ce 14 juillet, la mort et son grand manteau ont envahi la Prom’, notre si célèbre Promenade des Anglais. Soudain, l’horreur.

Il nous faudrait répéter NiceNice, Nice sans cesse, sans s’arrêter, jusqu’à en avoir le tournis. Ne pas oublier. Ne pas s’habituer à l’horreur, jamais. Avoir toujours l’humanité de pleurer pour ces inconnus qui sont un peu de notre famille, soudain.

Courage, Baie des Anges, le monde est avec toi.

Sur ce, car il faut bien continuer. Nous sommes le 17 juillet. Chez nous il pleut, il grise, il vente, le ciel bleu s’amuse à cache-cache derrière les nuages.

5fb71d2b9dbb3bb51872eb230cc84158
La famille Romanov, assassinée le 17 juillet 1918

Lorsque mon calendrier m’a annoncé le 17 juillet, j’ai tout de suite pensé à quelque chose de triste (ce n’est pourtant pas dans ma nature !) : l’assassinat de la famille Romanov. Pour tout vous dire, j’avais même commencé un billet sur les derniers moments de Nicolas II et de sa famille (son épouse, Alexandra et ses cinq enfants : Maria, Olga, Tatiana, Anastasia et Alexis – car en ce jour du souvenir, rappelons-nous d’eux) puis j’ai tout effacé. Car après Nice, franchement, j’avais besoin d’un sujet plus joyeux – et je suis certaine que vous êtes dans le même cas que moi ! Alors, Potsdam nous voilà (ce n’est pas drôle non plus, désolée, mais ça reste de l’Histoire, pas un concours du rire).

17 juillet 1945

 

Schloss_Cecilienhof,_Ehrenhof
Cecilienhof (ou « la cour de Cecilie »)

Potsdam est un bijou allemand. Située à quelques kilomètres de Berlin, c’est une ville trésor où les châteaux et autres merveilles s’échelonnent dans une joyeuse anarchie. Haut lieu d’Histoire allemande, elle appartient aussi à l’Histoire européenne, voir mondiale. Du 17 juillet au 2 août 1945, les représentants des grandes puissances se retrouvèrent à Cecilienhof pour discuter de l’avenir du monde.

Cecilie_of_Mecklenburg-Schwerin_Crown_Princess_of_Germany_and_Prussia
La belle Cecilie

Cecilienhof est le petit palais de Cecilie (ou Cäcilie), l’épouse du Kronprinz, le fils du dernier Kaiser. Femme de caractère, elle refusa de suivre son mari en exil et continua à tenir salon jusqu’au début de l’année 1945, alors que l’Armée Rouge (qui trainait derrière elle une réputation on ne peut plus horrible) s’approchait dangereusement de Berlin.

Une fois la guerre terminée, Hitler mort et Berlin vaincue, il s’agît de prévoir la suite. Six mois plus tôt, à Yalta, Churchill, Roosevelt et Staline avaient déjà préparé l’après-guerre.

L’ambiance est moyenne, voire complètement glaciale, à Potsdam. Roosevelt est mort en avril. Un certain Truman a pris sa place. Il croit en l’arme atomique et a déjà procédé à des essais dans le désert du Nouveau-Mexique (nous savons déjà où tout cela va mener: pensez au Japon !). Le 26 juillet, Churchill perd les élections et est remplacé par Clement Atlee. Seul Staline reste immuable.

L_to_R,_British_Prime_Minister_Winston_Churchill,_President_Harry_S._Truman,_and_Soviet_leader_Josef_Stalin_in_the..._-_NARA_-_198958
Les Trois Grands avant que Churchill ne soit évincé lors des élections du 26 juillet 1945

Le conflit gronde entre les Américains, les Britanniques et les Soviétiques. C’est à qui parviendra à annexer le plus de territoires en Allemagne. Les Soviétiques imposent leur propre gouvernement aux régions qu’ils traversent et cela déplait grandement aux Alliés qui ne veulent absolument pas d’une extension de l’URSS en Europe (raté, c’est ce qui s’est passé). Le 12 mai déjà, Churchill s’était inquiété de l’expansion soviétique, prophétisant le fameux « rideau de fer » (il avait le sens des formules qui durent et s’éternisent – on l’utilise encore aujourd’hui).

Dans les couloirs de Cecilienhof, une bataille des canapés se met en place: c’est à qui aura le plus grand, le plus somptueux, le plus historique salon (ce n’est pas une plaisanterie – ils se sont vraiment battus pour cette raison). Staline obtient le grand salon de boiserie, fait changer les meubles qui ne sont pas à son goût (il installe d’horribles canapés d’un vert jaune atroce qui sont encore visibles aujourd’hui – le mauvais goût soviétique dans toute sa splendeur). Les délégations s’éloignent le plus possible, s’éparpillent dans le palais, chaque salon devient un morceau de territoire, un mini État. C’est une guerre du confort !

Potsdamer Konferenz, Konferenztisch
Séance de travail à Potsdam

Souvent oubliée car dans l’ombre de celle de Yalta, la Conférence de Potsdam jette pourtant les bases du monde d’après-guerre. Les Trois Grands ont surtout pour objectif de régler le sort du Troisième Reich détruit et vaincu. L’Allemagne et l’Autriche sont divisées en quatre zones d’occupation (l’Autriche parviendra très rapidement à se faire oublier). Oui, quatre zones. Car De Gaulle, même s’il n’a toujours pas été invité (ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé), parvient tout de même à imposer ses vues pour la France. Pour lui, elle a sa place parmi les grandes puissances victorieuses. Les armées de la France Libre ont libéré l’Allemagne aux côtés des Britanniques et des Américains, la France mérite donc sa zone d’occupation.

La Conférence de Potsdam voit aussi la mise en place des fameux « Trois D »: dénazification (qui mènera notamment au procès de Nuremberg), démilitarisation, décentralisation.

Pour beaucoup de Volksdeutsche, autrement dit les Allemands d’Europe de l’Est, la fin de la guerre (et donc, la conférence de Potsdam) représente une long retour vers l’Allemagne ou l’Autriche. Ce transfert de population est systématisé à Potsdam, touchant entre 5 et 15 millions de personnes (les sources diffèrent). L’histoire, parfois horrible, de ces Volksdeutsche est largement méconnue, surtout parce qu’il semblait inconvenant, indécent voir impossible pour l’Europe d’après-guerre de s’apitoyer sur le sort d’Allemands, après l’horreur des camps de concentration.

L’Italie perd ses colonies africaines, le gouvernement polonais qui fut en exil à Londres pendant la guerre est officiellement reconnu, celui de De Gaulle aussi. Un ultimatum est envoyé au Japon qui refuse de reconnaître la défaite. Lorsque la conférence touche à sa fin le 2 août 1945, Truman n’a pas encore donné l’ordre de détruire Hiroshima (6.08.1945) et Nagasaki (9.08.1945), pourtant il informe Staline des essais concluants de cette nouvelle arme terrifiante. Le monde ne tourne pas encore tout à fait rond.

Geschichte / Weltkrieg II / Alliierte Konferenzen / 1945 / Potsdam / Gruppenfotos
Les Trois Grands après le départ de Churchill

Le départ de Churchill joue un grand rôle dans la future organisation du monde de la guerre froide. Le Royaume-Uni s’efface. L’homme de fer, celui de la guerre, celui qui n’a pas cédé, l’homme au cigare, n’a plus sa place sur la scène internationale. Clement Atlee n’a certainement pas le charisme d’un Winston Churchill. L’URSS et les États-Unis prennent les rênes du monde. Les deux superpuissances commencent déjà à s’affronter, c’est l’Histoire qui continue. La guerre froide pointe déjà le bout de son nez.

 

 

 

Et pour finir, je l’écris encore et encore. Nice. Car le premier travail des historiens, c’est de ne pas oublier.

10854319_1601832603383433_8320065983333965131_o

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s