Toutânkhamon, Lord Carnarvon (et moi et moi et moi?)

Oui, je sais, je sais. CCPH s’est volatilisé ces derniers temps – j’ai d’ailleurs bien pris en compte vos protestations énergiques quant à l’absence de nouveaux billets sur le blog (nous vous manquerions donc, Archi et moi?).

Oui mais voilà. Croyez-le ou non, nous travaillions d’arrache-pieds. Puis nous avons eu d’autres priorités, comme par exemple goûter le tout premier vin chaud de l’année (aussi appelé « Glühwein« , pour les initiés), faire les soldes, manger des gâteaux de Noël tout droit sortis du four, compter ses bonheurs, profiter du temps qui passe, flâner dans les allées d’IKEA en révisant son suédois décoratif, acheter des livres. Bref : Archi et moi sommes en vacances forcées (études universitaires terminées obligent) et j’en profite pour faire des choses que je n’avais plus faites depuis longtemps.

Mais l’Histoire me démangeait les doigts. Archi et moi nous nous sommes creusés la tête en cherchant le sujet de ce nouveau billet. Suite à une conversation sur Tintin (mais si mais si mais si – quand je vous disais que j’avais pris des vacances), j’ai réalisé que nous étions bientôt le 29 novembre.

C’est le 29 novembre 1922 qu’un certain Howard Carter découvrit les merveilles du tombeau de Toutânkhamon. Là vous vous demandez quel est le rapport entre Tintin et Toutânkhamon. Expliquons-nous.

Quand découvrir des tombes était à la mode

Nous sommes au début du XXème siècle et l’orientalisme bat son plein. Depuis plusieurs années déjà, l’Égypte (britannique) est envahie par des riches et passionnés archéologues (amateurs – ou pas) qui investissent leurs temps et leurs fortunes dans des fouilles de plusieurs mois. C’est à qui découvrira la tombe de pharaons la plus ancienne, la plus riche de trésors. On s’échange, on se vend, on s’achète des concessions dans la si célèbre « vallée des Rois », buvant du thé brûlant sous le soleil d’Égypte. Même une certaine Agatha Christie s’y essaye, plantant le décor de certains de ses crimes dans les plaines de Mésopotamie ou d’Égypte, transformant des archéologues en assassins (il fut un temps où j’étais une grande fan de la reine du crime – ceux qui connaissent ma bibliothèque le savent bien).

George Edward Stanhope Molyneux Herbert, 5eme Comte de Carnavon (né à Highclere, le château de « Downton Abbey » !)

Lord Carnarvon est de ces passionnés richissimes britanniques. À la tête d’une immense fortune, il l’agrandit par son mariage avec la fille du banquier Rothschild (excusez-le du peu). Passionné par l’égyptologie et l’archéologie suite à un accident qui l’immobilise pour un certain temps, il se consacre entièrement à cette nouvelle passion dévorante. Oui mais voilà. Lord Carnarvon a l’argent mais pas les compétences. Après avoir obtenu son permis de fouilles en 1906, il se lance dans l’aventure avec à ses côtés, maitre des opérations, un désormais célèbre inconnu: Howard Carter. Egyptologue réputé, il met sa science au service de Lord Carnarvon. Le CV de Carter contient notamment la découverte de tombeaux de pharaons égyptiens, dont les noms sont trop compliqués pour ma modeste culture antique (je suis nulle, nulle, nulle en égyptologie – me perds sans cesse dans les dynasties, me trompe dans l’orthographe des pharaons – mais suis une passionnée sincère / un peu comme Lord Carnarvon en somme, mais sans la fortune malheureusement).

À l’aube de LA découverte du siècle, on croit la « Vallée des Rois » vide de possibles découvertes. Tout a été trouvé, déniché, fouillé. Inutile, donc, d’après les experts, de se lancer dans des fouilles pharaoniques pour trouver un hypothétique tombeau vieux de plusieurs milliers d’années. Vers la fin de la Première Guerre mondiale, l’équipe de Carter trouve des objets marqués du sceau et du nom de Toutânkhamon. Pour eux, cela ne fait aucun doute : si des signes de Toutânkhamon, il y a – son tombeau n’est plus très loin.

Oui mais voilà. Depuis 1906 Lord Carnarvon finance sans compter les fouilles de la vallée des Rois. Son équipe n’ayant rien trouvé, il demande à Carter d’arrêter – notamment en raison des coûts (là aussi pharaoniques) de sa passion archéologique. Mais Carter le sent, il a le flair de ceux qui ont passé une grande partie de leur vie les genoux dans le sable et la terre, une truelle à la main, la peau tannée par le soleil: ils vont trouver. Il réclame alors encore une année à Lord Carnarvon. Une année et de l’or vieux de plus de 3000 ans coulera à leurs pieds. Ces douze mois supplémentaires lui sont accordés.

Howard Carter et Toutânkhamon

Bien leur en prit ! Après avoir changé de lieux de fouilles (mais toujours dans la vallée des Rois), Carter trouve le 4 novembre 1922 l’entrée d’un tombeau. Vingt jours plus tard, la porte est ouverte. Le 29, c’est la seconde entrée, celle de la tombe de Toutânkhamon, qui délivre alors ses secrets. Un trésor inestimable, vieux de 3000 ans, qui se dévoile alors aux yeux émerveillés de Carter, puis de son équipe et de Lord Carnarvon. De l’or, des objets, des meubles…tout semble intact, comme attendant depuis plusieurs siècles de modernes visiteurs.

Toutânkhamon – who’s that guy? 

De Toutânkhamon, on connaît peu de choses en somme. D’ailleurs, si on résumait très vite (même si le historiens aiment moyen les résumés – nous sommes de véritables bavards, des pipelettes, des commères de l’Histoire, toujours avec un siècle de retard dans les cancans, certes, mais tout de même), si on résumait très vite donc, on pourrait dire que ce que l’on connaît surtout de ce pharaon lointain, c’est son tombeau. Il est devenu une célébrité de l’Histoire non pas parce qu’il a accompli durant son règne (qui fut court, du reste) mais par la découverte de sa tombe en 1922 et de toutes les rumeurs que ce scoop archéologique engendra.

Les sarcophages sont souvent bling-bling

Avant toutes choses, Toutânkhamon est un « fils de… ». Son père n’est autre qu’Akhenaton, notamment connu pour le bouleversement religieux que sa décision d’adorer Aton (le soleil) plutôt qu’Amon comme ses prédécesseurs l’avaient fait avant lui, apporta sur l’Égypte antique. Cette révolution religieuse joua en sa défaveur et celle de sa dynastie dans les siècles qui suivirent. Toutânkhamon, le dernier descendant direct d’Akhenaton qui régna sur l’Egypte d’alors, souffrit tout autant de cet oubli de l’Histoire. On l’effaça, tout comme son père, des documents officiels, des bâtiments, des institutions…on « l’omerta » de l’Histoire, en somme et il fut oublié. C’est d’ailleurs probablement pour cette raison, notamment, que son tombeau fut conservé intact si longtemps. Autrement dit, qu’il ne fut pas profané par les pilleurs, comme ceux des pharaons avant et après lui.

La beauté parfaite (et un peu flippante, je vous l’accorde) de Nefertiti – à Berlin !

On cru longtemps que la mère de Toutânkhamon n’était autre que Nefertiti, la belle – celle dont le buste moulé si moderne règne sans partage sur les collections égyptiennes berlinoises (à voir, à voir, à voir – elle est hypnotisante de beauté). Toutefois, des analyse ADN modernes ont prouvé que Nefertiti n’a rien à voir dans la naissance de celui que j’ai envie d’appeler Toutâ’ (son nom est bien trop long à écrire). La mère du dernier pharaon de la XVIIIème dynastie serait la « Younger Lady » découverte en 1898 et dont les recherches ADN ont dernièrement démontrées qu’elle aurait également été la soeur d’Akhenaton (en plus d’être la mère de son fils – vous suivez? aujourd’hui on appellerait cela un inceste – la consanguinité était courante au sein des familles régnantes égyptiennes).

Toutânkhamon en lui-même n’a rien d’extraordinaire. Il aurait régné neuf ans en tant que pharaon, succédant à son père très jeune (vers neuf-dix ans). Les spécialistes de cette époque estiment d’ailleurs qu’il n’aurait probablement pas exercé le pouvoir lui-même (trop jeune), mais à travers ses conseillers.

« De quoi est-il mort? » fut une question qui passionna les chercheurs (quand je vous disais que nous avions quelques scoops et cancans de retard – les archéologues sont visiblement pire que les historiens: 3300 ans quand même…!). Sa mort fut visiblement soudaine, son tombeau n’ayant pas été terminé. Aurait-il été empoisonné? Serait-il mort d’une maladie foudroyante (on parie sur le paludisme)? Ou bien aurait-il eu un accident, de char par exemple (son squelette était fracturé à deux endroits). L’Histoire très (très très) ancienne garde ses secrets – et le mystère reste entier.

Une sombre histoire de malédiction

Peu de temps après la découverte du tombeau de Toutânkhamon (l’évènement de sa vie), Lord Carnarvon mourut subitement. La raison officielle (et très probablement exacte) de sa mort serait dû à une piqure de moustique tailladée par un rasoir – l’infection aurait provoquée une septicémie, emportant Lord Carnarvon dans la tombe le 5 avril 1923. Oui mais voilà, le sensationnel prit le dessus. On accusa le pharaon mort depuis des siècles d’avoir provoqué la  fin subite du Lord britannique ; on parla d’une malédiction très ancienne ; d’un sort lancé lors de l’embaument du jeune pharaon pour éviter les pilleurs potentiels ; on s’insurgea, se passionna et la rumeur fit le tour des villes enflammant les esprits et les imaginations. Le chien de Lord Carnarvon serait mort en même temps que son maître après avoir hurlé à la mort, les lumières du château se seraient toutes éteintes, c’était la fin du monde, l’Apocalypse ou quelque chose d’approchant. D’autant plus que, d’après la légende, une trentaine de personnes présentes lors de l’ouverture du tombeau, serait morte toute aussi mystérieusement quelques temps après. Howard Carter, pourtant, était sans doute doté d’une chance hors du commun : il ne s’éteignit qu’à l’aube des années 1940, de mort naturelle semble-t-il. À moins que Toutânkhamon n’ait encore frappé?

Et c’est là que Tintin intervient ! Hergé fut sûrement bercé par les rumeurs autour de la malédiction du pharaon, les ayant peut-être dévorés dans les journaux de l’époque. Dans « Les Cigares du Pharaon« , le jeune reporter belge doit faire face à ces multiples malédictions. Hergé s’en inspirera aussi probablement pour « Les Sept Boules de cristal » (mais si, souvenez-vous : l’album s’ouvre justement sur le mystérieux mal dont souffre tous les membres d’une équipe d’archéologues !). Blake et Mortimer (mes britannique/écossais préférés !) aussi durent faire face à la malédiction des pharaons dans « Le Mystère de la Grande Pyramide« . De nombreux films, romans et autres histoires s’inspirent de cette soit-disant malédiction à laquelle, en bonne historienne terre à terre que je suis, je ne crois absolument pas bien sûr. N’accusons pas ce pauvre Toutânkhamon inutilement, lui qui fut réveillé après plus de 3000 ans du grand sommeil.

Des scientifiques, las peut-être des rumeurs absurdes qui circulaient autour des morts apparemment mystérieuses des membres de l’équipe de Howard Carter, tentèrent de les expliquer par la présence de champignons allergènes, vieux de 3000 ans, dû à l’humidité de la chambre funéraire.

En revanche, le tombeau du dernier pharaon de la XVIIIème dynastie fut une découverte primordiale pour le monde de l’égyptologie. Justement par qu’il fut ouvert quasiment intact (Carter témoigna de traces probablement faites par des pilleurs très très anciens eux aussi), il permit de tirer des hypothèses, si ce n’est des conclusions sur cette Égypte antique si ancienne et donc si mystérieuse. L’antichambre découverte par Carter contenait près de six cent objets, ce qui est tout simplement énorme. Mais la véritable chambre funéraire du jeune pharaon ne fut en réalité ouverte qu’en 1923, lorsque les trésors de l’antichambre furent répertoriés et analysés. C’est dans cette dernière pièce, aux murs décorés et au faste somptueux, que les archéologues émerveillés firent face au sarcophage d’or de Toutânkhamon. Au total, on décompte environ 3000 objets découverts dans le tombeau, apportant à la science son lot de connaissances.

Le 29 novembre 1922, donc, des hommes du XXème siècle côtoyèrent l’antiquité égyptienne. Et cela, en soit, me laisse rêveuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s